FORGOT YOUR DETAILS?

Restauration de Mobylette

Concurrente des fameux Solex, la Mobylette est devenu un nom commun désignant n’importe quel cyclo de 50 cm3 .

A l’origine qualifiée de « vélo avec un léger vent dans le dos », elle devient, au fil des évolutions, la célèbre « bleue », LE cyclomoteur incontournable de nos villes et campagnes.

 

 

https://i0.wp.com/img11.hostingpics.net/pics/690107DSC0045.jpg?resize=300%2C199

 

 

Déclinée en des dizaines de série et changeant quasiment toutes les années de modèles, la Mobylette est vraiment un must dans une collection de cyclos !

Qu’elle soit noire, grise, bleue, beige, jaune, à réservoir monopoutre ou pas, à embrayage simple ou dimoby, elle est universelle et indémodable.

88

Techniquement, d’un simple vélo motorisé au look très pur et « arts décor », elle est devenue, au moment de son apogée,  une véritable motocyclette avec les modèles à boite relais, frôlant même la légalité des 50 cm3 avec la 99 à contrepiston.

 

Enfin, les derniers modèles, les séries 51 au look plus ou moins réussi, ont été dotés d’un moteur dont le punch rivalise largement avec SA principale concurrente : la 103 Peugeot.

Le 103, c’est l’autre cyclo incontournable, avec ses nombreuses variantes.

Conçu avec la rigueur toute Sochalienne de Peugeot, les premiers BB à embrayage centrifuge à poudre ont vite laissé leur place à des engins dont le moteur, à admission par clapet, est devenu une véritable référence dans le domaine.

103 et vieilles pompes

Ces deux monstres sacrés se sont régulièrement affrontés sur le marché et dans le coeur des aficionados, affrontement qui existe encore aujourd’hui dans le monde des collectionneurs avec les « pro Motobécane » et les « amoureux des Peugeot ».

Qu’importe, quelque soit votre choix, ces modèles, bien restaurés, referont avec vous le tour de la terre…. tout en vous rajeunissant de quelques années !

L’Atelier adore s’occuper des ces engins, les restaurer ou simplement les remettre « sur leurs roues » mais aussi quelquefois les préparer un peu avec des motorisations un peu plus coupleuses permettant d’avoir tout à la fois un meilleur rendement et/ou de mieux s’intégrer dans la circulation moderne.

Car oui, rouler en mob, c’est toujours possible et cela a une autre allure que de se déplacer sur un simple et pauvre « bidet en plastique » 😉

Alors si vous voulez retrouver vos 15 ans, retaper la mobylette à pépé ou simplement rajouter à votre collection un nouvel élément intemporel, faites nous signe !

TOP