FORGOT YOUR DETAILS?

Le moteur, classicisme et modernité Episode #4

by / jeudi, 04 avril 2019 / Published in Nos restaurations

Après le remontage de la partie cycle que vous avez pu suivre dans le précédent article, il fallait s’attaquer au moteur.

Ce cyclo date de 1950 et fait partie des  premiers modèles de la série des AV3.

Du coup, beaucoup de pièce sont assez spécifiques à cette première série : haut moteur sans joint de culasse, pas de spi dans le bas moteur, soies de vilebrequin de diamètre inférieur donc roulements plus petits que les autres moteurs AV, allumage avec des bobines venant du Motobécane Poney, carburateur idem….

Dans un premier temps, tout est nettoyé, passé aux ultrasons, microbillé. Ainsi on peut travailler avec des pièces propres et déceler d’éventuels problèmes : cassure, fêlure, usure etc…

Dans le cas de ce moteur, malgré un assez long et dur blocage, tout est « sauvable ».

Dans l’ordre donc pour le moteur :

  • changement des roulements par des doubles étanches pour garantir un bas moteur étanche (le plus possible tout du moins),
  • réalisation de nouveaux joints de carter à la « machine à joints »,
  • changement du joint de soupape de décompresseur pou, là aussi, garantir la meilleure étanchéité possible,
  • pose de segments neufs sur le piston refait à neuf et cylindre passé au honoir.

Plus compliqué est l’allumage…. la bobine d’allumage est HS et un rebobinage est possible mais couteux.

Là encore, grâce à l’aide de l’imprimante 3D, nous avons pus adapter une bobine neuve dans l’allumage ancien. Cela permet un réfection à un coût convenable et surtout avoir un allumage sans faille, ce qui n’est pas souvent le cas sur ces vieux engins !

Modification de l’allumage et pose, naturellement, d’un Condo électronique.

Par ailleurs si ce « kit de modification » vous intéresse, l’Atelier peut vous le fournir, n’hésitez pas à nous contacter !

Le reste est classique : réglage du rupteur et de l’avance, changement du câble de bougie, du piton et de la bougie.

Pour le carburateur, là aussi quelques soucis. Ce carburateur est spécifique et il faut donc essayer de le sauver.

Etamage du flotteur car celui-ci était troué de toute part….

Ultrason et microbillage du carburateur, histoire de bien déboucher l’intégralité des conduits… en espérant que cela suffise et que nous n’aurons pas de grosses fuites.

Les pièces étant propres, vernies, zinguées ou rechromées, le résultat est très satisfaisant au final :

 

Maintenant, il reste à voir s’il fonctionnera aussi bien qu’il présente !

 

A suivre…

 

 

Laisser un commentaire

TOP