FORGOT YOUR DETAILS?

Faut que ça brille : le chromage.

by / jeudi, 22 février 2018 / Published in L'actu de l'Atelier

Le chromage, c’est la touche finale d’une restauration réussie.

C’est aussi le cauchemar des restaurateurs car c’est un poste budgétaire conséquent mais, si on souhaite une restauration digne de ce nom, on est hélas « obligé d’y passer » par cette case « chromage ».

Beaucoup tentent d’y échapper par tous les moyens et les résultats sont loin d’être fameux…

A l’Atelier, nous avons tout tenté pour essayer de réduire le coût de ce poste chromage mais rien ne nous a réellement satisfait.

La peinture au chrome donne un résultat bien moyen et ne tient pas dans le temps et encore moins sur certaines pièces « sollicitées' » comme les jantes par exemple. Essayez de faire tenir de la peinture sur la partie où le patin de frein frotte !!

Le ponçage à nu de la pièce suivie d’un vernis transparent ou autre produit antirouille donne le même résultat à terme : le vernis jaunit, il s’écaille…

Un léger surfaçage de certains chromes  à la paille de fer 000 donne de bons résultats visuels MAIS il faut savoir que si l’on aperçoit des points de rouille, c’est que le revêtement initial a disparu… la paille de fer enlève la rouille mais ne remet pas le chrome en place ! Donc l’opération est à renouveller très souvent sous peine de revoir réapparaitre très vite…. les points de rouille !

Bref, vous l’avez compris, rien ne remplace un traitement de surface, c’est valable aussi bien pour un guidon chromé que pour un boulon zingué.. si c’est rouillé cela signifie que le revêtement initial est parti et que le métal est à nu.

Dans le cas du chromage, le résultat final doit être le plus parfait possible car les pièces chromées sont essentiellement des pièces très visibles qui sont à pour « flatter » l’aspect de la machine. C’est bien pour cela que l’on parle de  touche finale d’une restauration.

Toutefois quand on parle « chromage » et donc « chrome », on se retrouve devant des traitement qui peuvent être très différents.

Habituellement, on trouve essentiellement du chromage « décor ».  Ce type de chromage brille beaucoup mais pas longtemps !

En effet tout à la fois le traitement et la quantité de chrome déposé est faible et donc totalement inadapté à des pièces utilisées en extérieur et fortement sollicitées.

Vous vous en doutez, à l’Atelier, nous avons totalement fait l’impasse sur le chromage décor pour nous focaliser sur le chromage de qualité et c’est cela que nous vous proposons aujourd’hui.

Bien sûr, ce traitement de chromage est plus couteux (et encore…. !)  mais totalement explicable :

  1. le bon rendu d’un chromage dépend de la qualité de son polissage. En effet, après avoir enlevé l’ancien chrome, il faut polir la pièce pour éliminer toutes les imperfections et notamment les points de rouille, les petites crevasses présentes sur le métal mis à nu. Sans cette opération, longue et manuelle, le chrome aura un aspect mat ou « piqué »… le résultat  inverse de ce que l’on souhaite pour un chromage !
  2. Pour résister à l’extérieur, le traitement de chromage doit être bien fait et en 3 étapes : un cuivrage des pièces suivie d’un nickelage et enfin d’une couche suffisamment épaisse de chrome.

Tout cela exige du temps, de l’équipement et également un respect total des normes environnementales de plus en plus contraignantes.

Mais c’est aussi le gage d’un travail de haute qualité développé par notre partenaire en ce domaine.

 

Mais trêve de bla bla, passons plutôt aux résultats et notamment aux photos de quelques exemples de chromage !

Ici le chromage d’un guidon de Solex 3800  :

 

et là, le chromage d’un bon vieux solex 45

 

Vous le voyez, le résultat est.. magnifique !

 

ici le chromage d’un pédalier complet :

Cela brille tellement que cela sature l’appareil photo 🙂

 

le chromage d’un  « jeu de direction »

 

oui encore le chromage d’ un « panel « de sonnette :

 

Côté « mobylette », voici un guidon d’AV3

 

Un pare-choc de Solex :

 

Une casquette de phare d’une « bleue » :

Idem pour une AV 92

ou encore un bouchon de réservoir de cyclosport :

 

Avouez que dela donne envie de terminer sa restauration de la plus belle des façons, n’est ce pas ?

 

Dernière information

Chromage ou nickelage ?

On trouve le nickelage en général sur les anciens engins (avant guerre). On dit souvent que le nickelage est l’ancêtre du chromage.

Côté look, le nickelage est plus mat et « jaune » que le chromage plus brillant.

Toujours est-il que pour rester fidèle à l’origine, il faut mieux faire la différence 😉 mais, en tout état de cause, les traitements sont les mêmes, sauf à la fin bien sur !

 

 

Quant au tarif de chromage, à titre d’exemple, il faut compter dans les 80 € pour un guidon, 65 pour un pédalier, 30 pour un jeu de direction, 40 pour une sonnette, 130 pour une paire de jante, 130 pour un pare-chocs de solex etc….

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus si vous avez un projet !

 

6 Responses to “Faut que ça brille : le chromage.”

  1. francois colin says : Répondre

    Bonjour,
    j’aurais 2 jantes pour une motobecane z2c de 1953
    quelle serait le tarif
    dois je laisser les rayons
    merci

  2. Dairain Philippe says : Répondre

    bonjour j aurait deux roue de mobylette a recrome elle son plus pique que rouille combien ca me couterait et est ce que je doit les derayone merci

  3. chauvin says : Répondre

    Bonjour,

    J’ai un étrier à cheval de 1600mm de haut , pouvez vous me faire une offre de prix pour du chromage avec délai.
    La piece ,je dois la livrer sur paris le samedi 14 septembre.
    Cordialement
    Chauvin Guillaume

Laisser un commentaire

TOP